Christiane Ayotte nommée Officière de l’Ordre du Canada | Réseau de l'Université du Québec

Christiane Ayotte nommée Officière de l’Ordre du Canada

Image de l'article

Photo : Cplc Mathieu Gaudreault, Rideau Hall © BSGG, 2019.

2019-02-14

Christiane Ayotte nommée Officière de l’Ordre du Canada

Au cours d’une cérémonie à la Citadelle de Québec, son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada, a remis à la professeure à l’INRS Christiane Ayottel’insigne d’Officière de l’Ordre du Canada « pour sa lutte incessante contre le dopage sportif. » 

« Chimiste, chercheuse et professeure, Christiane Ayotte est reconnue comme étant l’une des sommités mondiales en ce qui a trait à la lutte contre le dopage sportif. Elle dirige depuis plus de 25 ans le seul laboratoire de contrôle accrédité par l’Agence mondiale antidopage au pays. En 2010, elle a coordonné les analyses des échantillons des Jeux olympiques de Vancouver, dont la qualité a fixé la norme en la matière. En combattant le dopage dans toutes les disciplines sportives, elle contribue sans relâche à rehausser la réputation du Canada, » a souligné le bureau de la gouverneure générale.
 
« Avec sa rigueur, sa détermination et son intégrité, Christiane Ayotte a eu une influence immense sur le sport. Ses réalisations montrent à quel point la science peut avoir un impact concret sur la société, » souligne fièrement Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’INRS.
 
L’Ordre du Canada a vu le jour en 1967 et vise à reconnaître « des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation ».
 
Au fil des années, la contribution de Christiane Ayotte a été soulignée à de nombreuses reprises. Lauréate d’un prix Hommage Jacques-Beauchamp, membre du Cercle d’excellence de l’Université du Québec, elle a été honorée par le Centre canadien pour l’éthique dans le sport et par l’Association médicale canadienne. Elle a reçu en 2018 une médaille Hommage du 50e anniversaire du ministère des Relations internationales et de la Francophonie. 
 
Source : 
Stéphanie Thibault 
INRS, 12 février 2019