Connaître les besoins des personnes adoptées et des familles | Réseau de l'Université du Québec

Connaître les besoins des personnes adoptées et des familles

2019-11-13

Connaître les besoins des personnes adoptées et des familles

En plein mois national de la sensibilisation à l’adoption, la professeure Patricia Germain, du Département des sciences infirmières de l’Université du Québec à Trois-Rivières, lance une vaste enquête québécoise qui permettra de dresser un portrait de l’état de santé pour les enfants, adolescents et adultes issus de l’adoption internationale, ainsi que les soins et services offerts à ces personnes et leur famille. Cet immense travail de recherche sera réalisé pour la première fois au Québec.

Ce projet, qui s’inscrit dans la programmation d’Expériences Adoptions de la professeure Germain, vise trois publics différents, soit les personnes adoptées adultes, les pères et mères ayant adopté entre 1990 et 2019, ainsi que les professionnels de la santé des secteurs public et privé qui interviennent auprès de ces personnes. La collecte de données débute dès aujourd’hui. Il est donc est possible de remplir le questionnaire.

« Nous avons besoin de la collaboration du plus grand nombre de personnes possibles. Tous ensemble, nous pourrons dresser un portrait plus juste de leur expérience. Cela nous permettra de suggérer des façons d’améliorer les pratiques auprès des personnes adoptées et de leur famille. Nous regardons l’expérience de ces personnes dans une perspective interdisciplinaire », souligne Mme Germain qui est également membre du Centre d’études interdisciplinaires sur le développement de l’enfant et la famille (CEIDEF) de l’UQTR.

Une fois que les données auront été compilées et analysées, la professeure Patricia Germain entend suggérer des façons d’améliorer les pratiques afin de mieux soutenir les personnes adoptées, les parents adoptifs et les intervenants.

De précieux partenaires

Une grande partie de la programmation d’Expériences Adoptions s’intéressant à l’adoption internationale, soit près de 270 000$, a été financée par le Ministère de la Santé et des Services sociaux.

Notons que cette étude s’inscrit dans le plan d’action du Secrétariat à l’adoption internationale et que ce dernier collabore depuis le début du processus aux différentes étapes de la recherche. Plusieurs associations ont déjà démontré leur appui à la programmation de recherche, dont la Fédération des parents adoptants du Québec, l’organisme l’Hybridé, la ressource d’adoption RAIS, ainsi que Pétales Québec.

Source :
Service des communications
UQTR, 11 novembre 2019

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Trois-Rivières >>>