La diversité et l’inclusion au cœur de deux subventions accordées à l’UER en sciences de l’éducation à l’UQAT | Réseau de l'Université du Québec

La diversité et l’inclusion au cœur de deux subventions accordées à l’UER en sciences de l’éducation à l’UQAT

Image de l'article

Pascal Grégoire et Aline Niyubahwe

2021-11-12

La diversité et l’inclusion au cœur de deux subventions accordées à l’UER en sciences de l’éducation à l’UQAT

Le professeur Pascal Grégoire et la professeure Aline Niyubahwe de l’Unité d’enseignement et de recherche en science de l’éducation (UER) à l’UQAT se pencheront chacun sur la question de la diversité et de l’inclusion dans le milieu scolaire québécois, un phénomène très actuel. Le projet de M. Grégoire visera à décrire comment l’écriture inclusive et le genre sont abordés dans un contexte scolaire. Le portrait sera dressé dans la discipline du français au niveau secondaire. Les conclusions de cette étude pourraient notamment déboucher sur de nouvelles pistes didactiques. Quant au projet de Mme Niyubahwe, l’objectif sera de comprendre les perceptions des enseignements issus de l’immigration et des parents immigrants quant au rôle que peut jouer le personnel enseignant dans l’intégration socioscolaire des élèves immigrants. Mme Niyubahwe cherchera également à identifier les obstacles pouvant limiter l’exercice de ce rôle auprès des élèves immigrants. Les conclusions de cette recherche pourront éclairer les décisionnaires qui souhaitent mettre en place des politiques visant la diversification du personnel enseignant et la rétention des enseignantes et enseignants issus de l’immigration dans la profession.

Les subventions obtenues par le professeur Grégoire et la professeure Niyubahwe ont été accordées par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH), plus spécifiquement via la subvention développement Savoir qui vise à appuyer les étapes initiales de la recherche et à approfondir l’expérimentation de nouvelles approches théoriques, d’idées et de méthodes. Cette contribution  sert à financer des projets de développement de la recherche à court terme, soit jusqu’à une période de deux ans.

Source :
Service des communications
UQAT, 12 novembre 2021

Toutes les actualités de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue >>>