La relève dans l’industrie des pêches au centre d’une recherche | Réseau de l'Université du Québec

La relève dans l’industrie des pêches au centre d’une recherche

2016-09-26

La relève dans l’industrie des pêches au centre d’une recherche

Une équipe multidisciplinaire de chercheurs  de l’UQAR va se pencher sur la question des carrières et des parcours de vie au sein des entreprises spécialisées dans la pêche. Financée par le Conseil de recherche en sciences humaines, cette recherche va s’étendre sur deux ans.

Dirigé par le professeur en développement régional Marco Alberio, ce projet de recherche est intitulé « Les trajectoires de vie et les carrières dans les entreprises de pêche. Le cas des capitaines-propriétaires dans l’Est du Québec. » Le professeur en développement régional Mario Handfield, le professeur Jean-Claude Brêthes, titulaire de la Chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins, et la professeure Diane-Gabrielle Tremblay, de l’École des sciences administratives de la TÉLUQ, ainsi que l’étudiant à la maîtrise en développement régional Charles Gagné et l’assistante de recherche Sylvie Fortier font aussi partie l’équipe de recherche.

L’objectif principal de la recherche est de mieux comprendre l’influence des trajectoires de vie et de carrière des capitaines-propriétaires sur les dynamiques de leurs entreprises familiales, en se concentrant sur les mécanismes sociaux de différents niveaux qui traversent ces trajectoires, carrières et choix divers. Compte tenu d’une moyenne d’âge assez élevée dans le secteur (environ 54 ans en 2014), la relève dans l’industrie des pêches est d’ailleurs un des enjeux majeurs.

« Pour faire face aux défis liés à la pérennité de l'entreprise, un partenariat a été établi avec l’Association des capitaines-propriétaires de la Gaspésie (ACPG). La pérennité des entreprises de pêche a des retombées pas seulement économiques, mais évidemment sociales et territoriales. Il s’agit entre autres de la vitalité socioéconomique de ces milieux côtiers de la péninsule gaspésienne et plus en générale de toute la région », explique le professeur Alberio.

Une cinquantaine de capitaines-propriétaires, en plus de leurs conjointes et de la potentielle relève familiale, seront interpellés dans le cadre de cette recherche. Plusieurs thématiques seront abordées dans le cadre de cette recherche, dont les stratégies adoptées par les capitaines-propriétaires et leurs familles lors d'au moins trois moments essentiels : l’entrée dans le métier, la permanence et leur fin carrière.

Les résultats de cette recherche multidisciplinaires sont attendus à l’été 2018. Cette recherche devrait permettre à l’industrie des pêches de mettre de l’avant des mesures concrètes afin d’assurer sa pérennité dans l’Est du Québec. « Notre recherche veut alimenter la réflexion des institutions locales et nationales, au moment où des questionnements soutenus s’énoncent sur le rôle et la contribution des institutions territoriales quant à leurs activités de soutien à l’entrepreneuriat, notamment dans l’industrie de la pêche (Merinov, MAPAQ, Pêches et Océans) », conclut le professeur Alberio.

Source :
Jean-François Bouchard
UQAR-Info, 23 septembre 2016