La sécheresse : principale menace sur les ressources en eau au Québec | Réseau de l'Université du Québec

La sécheresse : principale menace sur les ressources en eau au Québec

2019-01-24

La sécheresse : principale menace sur les ressources en eau au Québec

Faut-il vraiment s’inquiéter d’un été comme celui que les Québécois ont connu en 2018, alors que se sont enchaînées semaine après semaine des températures chaudes et un temps relativement sec ? Eh bien oui. Car même si ce climat exceptionnel fut apprécié par les vacanciers, le réchauffement estival a des effets directs sur la faune, la flore et l’agriculture, rappelle Ali Assani, professeur au Département des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Le professeur Assani est spécialiste de l’hydroclimatologie, c’est-à-dire l’étude de l’impact du climat sur le cycle de l’eau. Ses recherches l’amènent entre autres à étudier la température et les précipitations, notamment au Québec et en Algérie. Il est ainsi témoin de changements climatiques bien réels et, à l’instar des autres scientifiques de la planète, il anticipe les effets qu’auront ceux-ci sur la planète.

Des effets observables au Québec

Le climat se réchauffe généralement plus rapidement en hiver qu’en été dans les régions tempérées froides. Sur la base de l’analyse des données de températures et des précipitations de 1950 à 2010, Ali Assani et ses collègues ont pourtant pu constater l’inverse au Québec : le climat se réchauffe plus vite en été qu’en hiver. En effet, c’est plus spécifiquement en août et septembre que le réchauffement se fait davantage sentir, un possible résultat du réchauffement des eaux de surface des océans, qui sont plus chaudes à ce moment de l’année. De plus, ils ont observé que les températures estivales sont mieux corrélées aux épisodes d’El Niño, associés aux eaux chaudes, qu’aux épisodes de La Niña, associés aux eaux froides de l’océan Pacifique. 

« Par ailleurs, si les précipitations estivales sont restées sensiblement les mêmes au Québec au fil des ans, nous avons toutefois constaté que la quantité de neige en hiver a quant à elle chuté d’environ 20 % depuis la fin des années 1980, expose le chercheur. Contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, cette diminution n’est pas compensée par une augmentation des précipitations sous forme de pluie. »

Comme la fonte des neiges est la principale source de renouvellement de l’eau au Québec, l’état des nappes phréatiques, le débit des rivières et le niveau des lacs seront à surveiller ces prochaines années; jusqu’à maintenant, ils ne semblent pas encore en être trop affectés. La fonte des neiges a par ailleurs tendance à survenir plus tôt en saison printanière, de façon à modifier la dynamique de la crue des eaux, celle-ci se faisant désormais plus précocement.

Ces deux facteurs, soit le réchauffement estival et la diminution de la quantité de neige en hiver, risquent d’engendrer des épisodes de sécheresse persistants qui auront des impacts socioéconomiques néfastes au Québec. Rappelons que l’une de plus grandes richesses naturelles du Québec est sans nul doute son abondante ressource en eau. Selon le professeur Assani, la diminution en raison du réchauffement climatique risque donc de compromettre le développement de la province. 

Lire la suite >>>

Source : 
Ariane Normand 
UQTR, 23 janvier 2019

Toutes les actualités de l'UQTR >>>