Les associations professionnelles industrielles cocréatrices de valeur entre les PME | Réseau de l'Université du Québec

Les associations professionnelles industrielles cocréatrices de valeur entre les PME

2021-04-28

Les associations professionnelles industrielles cocréatrices de valeur entre les PME

Le professeur en marketing au campus de l'UQAR à Lévis, Said Echchakoui mènera au cours des prochains mois un projet de partenariat de recherche avec l’Alliance Polymères Québec. Le rôle catalyseur des associations professionnelles industrielles dans le développement de la cocréation de valeur entre les petites et les moyennes entreprises (PME) manufacturières sera étudié lors de cette recherche soutenue financièrement par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) à la hauteur de 25 000 $.

Compte tenu de leurs ressources limitées et de leurs difficultés croissantes à accéder aux marchés, les PME manufacturières ont tendance à s'intégrer dans des associations professionnelles industrielles (API). Ces dernières fournissent des services à leurs membres comme les relations gouvernementales, l'information, la formation, la certification et la promotion. « Pour être compétitives sur le marché local et international, ces PME s'appuient sur des réseaux de relations pour la cocréation de valeur. Ce besoin de cocréation de valeur et de l'avantage concurrentiel devient urgent avec la forte baisse des revenus des PME provoquée par la crise de la COVID-19 », souligne le professeur Echchakoui.  

Au cours des années, d'importantes recherches ont été consacrées aux relations de collaboration. Les chercheurs ont étudié de nombreuses facettes comme les prérequis (ex. : confiance), les déterminants (ex. : gestion de conflits) et les conséquences (ex. : innovation, performance) souhaités de la collaboration. Ils ont aussi identifié les formes (alliances stratégiques, coentreprises), et certains types de collaborations, soit verticales (acheteur/fournisseur) ou horizontales (fournisseur-fournisseur).

Certaines recherches ont examiné les processus de collaboration. Bien que ces études aient amélioré considérablement la recherche sur la collaboration elle-même, plusieurs lacunes demeurent. « Elles supposent souvent une perspective simple de la collaboration verticale ou horizontale plutôt que sur des collaborations au sein des API qui peuvent être plus complexes et à la fois verticales et horizontales », soutient le professeur de l’UQAR.

De plus, les recherches antérieures sur les déterminants de la collaboration se sont surtout concentrées sur des variables au niveau de l'entreprise négligeant ainsi le rôle que peuvent jouer les API comme catalyseur des relations interorganisationnelles et interpersonnelles. Pour combler ces lacunes, cette recherche vise à étudier la complexité des collaborations dans les API, en particulier le rôle qu’elles peuvent jouer pour le développement des collaborations entre ses membres où la création de valeur et l'avantage concurrentiel sont les objectifs de performance.

Afin d'atteindre cet objectif, le chercheur souhaite étudier comment les API peuvent-elles utiliser leurs relations interpersonnelles ainsi que les ressources et les compétences de leur réseau pour motiver et faciliter les processus de cocréation de valeur horizontale et verticale entre ses membres. « Pour répondre à cette question de recherche, une étude exploratoire basée sur une approche multicas sera utilisée. Des entretiens semi-dirigés seront conduits avec des chefs et des gestionnaires de recherche-développement (R-D) d’une douzaine de PME membres du partenaire de la recherche dans la région de Chaudière-Appalaches », explique M. Echchakoui.

Le secteur d’activité économique ciblé incarne un contexte pratique et riche pour étudier la complexité de la collaboration horizontale et verticale. Ayant un chiffre d’affaires avoisinant près de 6 G$ annuellement au Québec, il englobe surtout des PME ayant des ressources limitées avec des défis majeurs dans le domaine économique, environnemental et concurrentiel. « En ce qui concerne l’aspect théorique, cette recherche répond aux appels de recherches antérieures pour adopter un double niveau d'analyse comprenant à la fois des facteurs organisationnel et interpersonnel et une collaboration de type horizontale et verticale. Sur le plan managérial, cette étude vise à transformer le rôle des API pour qu’elles puissent devenir un catalyseur proactif de développement de collaborations fructueuses entre ses membres », conclut le chercheur.

Source :
Service des communications
UQAR, 28 avril 2021

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Rimouski >>>