L’immeuble abritant l’ISFORT devient le pavillon Pierre-Moreau | Réseau de l'Université du Québec

L’immeuble abritant l’ISFORT devient le pavillon Pierre-Moreau

Image de l'article

Dévoilement de la plaque en l'honneur de monsieur Pierre-Moreau. L'édifice de l'Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) de l'UQO, à Ripon, porte dorénavant le nom de pavillon Pierre-Moreau.

2022-04-14

L’immeuble abritant l’ISFORT devient le pavillon Pierre-Moreau

L’édifice où loge l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) à Ripon porte désormais le nom de « pavillon Pierre-Moreau ».

Vétérinaire, chercheur en virologie puis analyste politique, Pierre Moreau fut un homme de conviction et un rassembleur qui a mené avec beaucoup de passion les projets qu’il entreprenait. Sa volonté farouche d’assurer la mise en valeur et la conservation des écosystèmes forestiers, avec et au profit des communautés locales et autochtones, a permis la création de l’Institut québécois d’aménagement de la forêt feuillue (IQAFF) et de la Corporation de gestion de la Forêt de l’Aigle. Grâce à l’initiative de ce visionnaire, l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) et le Département de sciences naturelles ont pu voir le jour au sein de l’UQO.

C’est en présence de madame Françoise Tardif-Moreau, veuve de Pierre Moreau, ses enfants et de dignitaires que la rectrice de l’UQO, madame Murielle Laberge, et la direction de l’ISFORT ont procédé, le mercredi 13 avril 2022, à l’annonce de la désignation officielle de l’immeuble. L’évènement a aussi permis de dévoiler une plaque commémorative et une sculpture à l’effigie de monsieur Moreau, installée à l’entrée de l’ISFORT. Le buste a été réalisé par l’artiste Charles N’Jaime, un sculpteur de Papineauville.

La rectrice de l’UQO se dit très heureuse que la contribution de Pierre Moreau soit ainsi immortalisée. « Nous sommes fiers d’honorer à nouveau cet homme pour l’œuvre de toute une vie. En 2015, il a reçu la Médaille Gérard-Lesage de l’UQO attribuée à des personnes de la collectivité qui collaborent hautement au développement et au rayonnement du milieu régional, ainsi qu’aux valeurs institutionnelles de notre université. Aujourd’hui, avec la désignation du pavillon Pierre-Moreau, nous témoignons à nouveau de toute notre reconnaissance pour sa contribution exceptionnelle. »

Cette désignation revêt aussi une grande importance, car il s’agit du tout premier pavillon désigné en l’honneur d’une personne, par l’UQO, depuis 1989.  

Pour la directrice scientifique de l’ISFORT, la professeure Audrey Maheu, il était tout naturel d’honorer monsieur Moreau, un passionné de la forêt : « Non seulement monsieur Moreau était un passionné de forêt et de connaissances, mais il était aussi un fervent défenseur des régions et des gens qui y vivent. Il est ainsi tout à fait logique que son nom soit associé à un pavillon de recherche universitaire basé en région. »

La plaque honorifique et la désignation du pavillon est une initiative qui a été menée par Frédérik Doyon et Philippe Nolet, deux professeurs et chercheurs de l'ISFORT qui ont bien connu monsieur Moreau. Le professeur Doyon a d'ailleurs rendu hommage à un homme et un mentor qu'il a connu alors qu'il travaillait sur son doctorat en 1989.

Esprit novateur et visionnaire

Pour madame Françoise Tardif-Moreau ainsi que toute sa famille immédiate et ses proches, l’ISFORT symbolise « l’esprit » novateur et visionnaire de Pierre Moreau.

« Que son nom soit ainsi honoré par l’ISFORT et l’UQO nous touche profondément, car son œuvre se retrouve ainsi soudée à l’ISFORT, a déclaré madame Moreau. Pierre Moreau, avec l’aide de précieux et jeunes ingénieurs forestiers, a su semer une grande idée à l’UQO. L’université s’est avérée être un terreau fertile à sa germination et à son enracinement dans l’Outaouais. Nous remercions sincèrement l’UQO d’incarner ainsi sa mémoire et sa contribution sociale.  Conformément à son vœu et en son nom, un don sera prochainement acheminé à la Fondation de l’UQO pour soutenir la recherche de l’ISFORT. »

Dans sa mission, l’ISFORT, premier institut au Canada dédié à l’étude de la forêt tempérée, se définit comme au service du développement soutenable de toutes les ressources forestières, des populations et du tissu socio-économique des milieux forestiers. Aussi, dans son mode de fonctionnement, l’ISFORT affiche une volonté et des principes « de multidisciplinarité, de compagnonnage scientifique, d’intégration de tous les acteurs du milieu forestier ».

« Cette mission, ces orientations, cette éthique, Pierre Moreau les aurait embrassées de nouveau avec émotion, joie et enthousiasme s’il avait été présent lors de l’annonce de la désignation officielle de l’immeuble à son nom. Comme nous, il aurait souhaité une longue vie à l’ISFORT ainsi qu’au Département des sciences naturelles de l’UQO », a ajouté madame Moreau.

À propos de l’ISFORT :

L’ISFORT a vu le jour grâce à des investissements du gouvernement du Québec totalisant 9,315 M$, dont 3,225 M$ pour la rénovation et la construction des infrastructures à Ripon et 6,09 M$ à titre de fonctionnement de démarrage.

L’Institut est le fruit du partenariat privilégié qui existait depuis 2002 entre l’UQO et l’IQAFF, fondé par Pierre Moreau en 1989 pour répondre aux besoins de recherche en forêt feuillue et de pins.

L’ISFORT est un lieu stimulant pour la formation d’étudiantes et étudiants au baccalauréat en écologie et environnement, un programme unique au Québec, ainsi que pour les étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs et les stagiaires postdoctoraux qui se retrouvent au cœur des activités de recherches. Le corps professoral participant aux activités de recherche de l’ISFORT prend également part à la formation au sein d’un programme de maîtrise professionnelle en Gestion durable des Écosystèmes forestiers (MGDEF) offert par plusieurs établissements du réseau de l’Université du Québec.

Deux chaires de recherche importantes ont été attribuées à des chercheurs de l’ISFORT : la Chaire de recherche du Canada en économie écologique du professeur Jérôme Dupras, et la Chaire de recherche du Canada sur la résilience des forêts face aux changements globaux, du professeur Christian Messier.

Il y a six laboratoires humides, un laboratoire sec et cinq locaux d’atelier/entreposage. Cinq locaux sont réservés aux étudiantes et étudiants assistants de recherche. Le laboratoire principal (130 m2) permet un aménagement modulaire de l’espace.

L’ISFORT est équipé de serres de recherche, de salles environnementales, d’un laboratoire de dendrochronologie, d’équipements de mesures écophysiologiques et d’un laboratoire de système d’information géographique et de modélisation.

Source :
Service des communications
UQO, 13 avril 2022