Recherche et innovation, les moyens de nos ambitions | Réseau de l'Université du Québec

Recherche et innovation, les moyens de nos ambitions

2022-05-31

Recherche et innovation, les moyens de nos ambitions

Lettre d'opinion signée par les 11 chef·fes d'établissements du réseau de l'Université du Québec et publiée dans Le Soleil, le samedi 28 mai 2022. 

Le 19 mai dernier, le gouvernement du Québec lançait la nouvelle Stratégie québécoise de la recherche et de l’investissement en innovation (SQRI2). Comme son nom l’indique, celle-ci conjugue recherche et innovation.

Ce couple indissociable est apparu avec encore plus de force pendant la pandémie alors que les chercheuses et chercheurs de tous les domaines ont été appelés à résoudre des problèmes inédits en mobilisant des connaissances de pointe, souvent issues de travaux fondamentaux menés depuis des décennies.

Soulignons également la nécessité de pouvoir disposer d’un écosystème de recherche riche et solide, parce que diversifié. En ce sens, nous saluons la SQRI2 qui investit dans les divers piliers requis pour enrichir un tel écosystème de calibre mondial.

Comme dirigeantes et dirigeants universitaires, nous partageons cette ambition d’investir pour faire grandir le Québec. Les connaissances créées par nos chercheuses et chercheurs peuvent contribuer au processus d’innovation dans les entreprises, tout comme dans les organismes publics et communautaires.

Il apparait désormais indispensable de relier les milieux de recherche et de pratique et ce tout au long du cycle d’innovation.

C’est d’ailleurs cette orientation que nous, l’Université du Québec, avons fait valoir lors des consultations entourant la SQRI2. Aussi, nous nous réjouissons que la présente Stratégie investisse audacieusement dans des mécanismes de maillage; une clé à notre avis du processus d’innovation, qu’elle soit technologique, organisationnelle ou sociale. L’innovation trouve en effet sa source dans des dialogues soutenus et continus, menés avec divers milieux.

Ce travail avec les milieux est encore plus puissant lorsqu’il se déploie à plus vaste échelle. C’est ce qu’incarne, entre autres, le Réseau intersectoriel en santé de l’Université du Québec (RISUQ). Réunissant quelque 250 chercheuses et chercheurs, et plus de 450 personnes étudiantes aux cycles supérieurs des dix établissements du réseau, les équipes du RISUQ amènent la formation, la recherche, l’innovation et la mobilisation des connaissances en réponse aux besoins prioritaires de santé et de services sociaux des différentes collectivités, sur tout le territoire du Québec.

Considérant l’ampleur et la complexité des problématiques en santé, le Québec doit s’engager dans un nouveau paradigme. Le RISUQ, par son approche de santé durable, multidisciplinaire et intersectorielle, permet de développer la recherche dans un continuum d’éducation, de prévention, de dépistage et d’estimation du risque. Le RISUQ est l’exemple parfait d’une initiative qui, par le biais du FRQS, pourrait permettre de faire briller la SQRI2 dans tous les coins du Québec.

Le Québec en entier peut aujourd’hui compter sur des capacités de recherche et d’innovation solides, de classe mondiale, qui s’attaquent à des enjeux fondamentaux pour nos sociétés, sous des angles renouvelés. Prenons pour exemples le pôle sur la ville résiliente à l’UQAM, le créneau sur l’intelligence artificielle en santé à l’ÉTS, l’observatoire du numérique en éducation piloté par l’Université TÉLUQ, les programmes de gouvernance autochtone conçus conjointement par l’ENAP, l’UQAT et l’UQAC ou les cinq Unités mixtes de recherche développées entre l’INRS et les universités du Québec sises en région.

Grâce aux travaux menés avec des populations, groupes ou territoires, de plus en plus en interdisciplinarité, de véritables écosystèmes de recherche régionaux ont émergé. Des territoires sont mobilisés avec une diversité de partenaires, dont les universités. Pensons aussi aux collaborations tissées dans les zones d’innovation comme celles autour des énergies vertes (UQTR), de la cybersécurité (UQO) ou de l’économie bleue (UQAR). La SQRI2 permettra d’activer tout ce potentiel de savoirs et d’expertises, partout à travers le Québec.

Nous sommes fiers d’y contribuer. Nous sommes l’Université du Québec. Le réseau collaboratif francophone reconnu pour son excellence, son accessibilité et son ouverture. Nous transformons les vies, les savoirs, le Québec et le monde tout en intégrant la diversité des réalités qui façonnent le Québec, de l’est à l’ouest, du sud au nord.

Signataires : 

Magda Fusaro, rectrice, UQAM
Christian Blanchette, recteur, UQTR
Ghislain Samson, recteur, UQAC
François Deschênes, recteur, UQAR
Murielle Laberge, rectrice, UQO
Vincent Rousson, recteur, UQAT
Luc-Alain Giraldeau, directeur général, INRS
Hugo Cyr, directeur général, ENAP
François Gagnon, directeur général, ÉTS
Lucie Laflamme, directrice générale, Université TÉLUQ
Johanne Jean, présidente, Université du Québec

Source :
Bureau de la présidence
Université du Québec, 30 mai 2022