Un programme de formation en santé mentale novateur offert par l’UQAR | Réseau de l'Université du Québec

Un programme de formation en santé mentale novateur offert par l’UQAR

2022-03-01

Un programme de formation en santé mentale novateur offert par l’UQAR

En collaboration avec deux organismes de la région du Bas-Saint-Laurent, le Collectif régional de développement (CRD BSL) et la Communauté ouverte et solidaire pour un monde outillé, scolarisé et en santé (COSMOSS BSL), l’Université du Québec à Rimouski a mis sur pied un programme de formation unique sur la santé mentale et l’intervention psychosociale.

Ce programme de formation d’une durée totale de 32 heures vise principalement à mieux outiller les intervenantes et intervenants du Bas-Saint-Laurent œuvrant auprès de personnes, groupes ou populations présentant des problèmes de santé mentale. « Le déploiement de ce programme s’est fait en réponse à des besoins identifiés par nos partenaires dans le réseau communautaire bas-laurentien. La structure et le contenu du programme ont été conçus spécifiquement en réponse à ces besoins et au contexte de travail des personnes visées par la formation », indique le directeur du Service de la formation continue et de la formation hors campus de l’UQAR, Julien Lambrey de Souza. Les personnes participantes travaillent principalement pour des organismes communautaires qui œuvrent dans différentes sphères de l’intervention psychosociale, dont l’employabilité ainsi que l’accompagnement de personnes en situation de crise, de personnes vivant avec des dépendances ou faisant face à de la violence.

Sous la direction pédagogique de Cécile Cormier et de Marie-Hélène Morin, toutes deux professeures en travail social à l’UQAR, le programme se distingue notamment par son approche multidisciplinaire, grâce à l’implication de formatrices et formateurs issus de différentes disciplines associées au domaine de la santé et des services sociaux (travailleuses sociales et travailleurs sociaux, psychologues, psychiatres, pairs aidants, pharmaciennes et pharmaciens, etc.). Chacune des huit séances de formation aborde un thème différent lié à l’intervention en santé mentale (approches de rétablissement, catégories de troubles mentaux, dépendances, pharmacologie, etc.) et met l’accent sur des outils et des pistes d’intervention directement applicables au quotidien professionnel des intervenantes et intervenants.

Ce programme se distingue aussi par ses approches pédagogiques. En effet, malgré la formule à distance, les formatrices et formateurs utilisent des modalités pédagogiques favorisant la participation et l’implication des personnes apprenantes, et ce, afin de maximiser le transfert des apprentissages vers leur pratique. D’autre part, en plus d’offrir aux intervenantes et intervenants un perfectionnement théorique, il leur offre aussi un accompagnement et un espace de partage par la tenue régulière de rencontres de codéveloppement. « Les codéveloppements permettent des approfondissements en utilisant une ou deux situations concrètes vécues par les participantes et participants », précise Cécile Cormier. Au cours de ces rencontres, les personnes apprenantes sont appelées à collaborer pour élaborer des solutions face aux cas soulevés par leurs pairs.

Une première cohorte de 50 intervenantes et intervenants a terminé le programme échelonné sur 12 mois, en décembre 2021. Le programme s’est clôturé par une rencontre bilan leur permettant de faire le point sur les apprentissages faits durant le programme, les défis rencontrés et les bons coups réalisés au cours de la période de formation. Ce fut l’occasion de constater à quel point le programme de formation a eu un impact significatif sur la pratique des intervenantes et intervenants présents. « Chacun des cours suivis m’a appris à mieux connaître le vécu de mes participants en lien avec leur santé mentale. J’ai pu mieux les outiller et je me suis sentie plus apte à trouver avec eux les solutions qui leurs conviennent. […] Les apprentissages faits durant la dernière année me donnent des ailes afin d’accompagner ma clientèle avec bienveillance », mentionne Sylvie Hallé, participante de la première cohorte et intervenante chez Pro-Jeune-Est. Le programme de formation en est aujourd’hui à sa deuxième édition avec une nouvelle cohorte ayant entamé sa formation en janvier 2022.

Source :
Service des communications
UQAR, 25 février 2022

Toutes les actualités de l'Université du Québec à Rimouski >>>