Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le lundi 3 mai 2021 | Réseau de l'Université du Québec

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le lundi 3 mai 2021

2021-04-30

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le lundi 3 mai 2021

Québec, le 30 avril 2021 – Les dix établissements du réseau de l’Université du Québec présenteront de multiples contributions scientifiques lors du 88e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Les professeurs et chercheurs du réseau seront très nombreux à livrer plusieurs exposés, tant lors de colloques que de communications libres.

Tout au cours de ce congrès, l'Université du Québec mettra quotidiennement de l’avant une communication scientifique sélectionnée pour chacun des dix établissements du réseau. Parmi les sujets du lundi 3 mai :

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL (UQAM)

4 – Pandémie oblige : une recherche permettant d’accompagner des familles en éducation à domicile

Émilie Tremblay-Wragg et Sylvie Viola, professeures, Faculté des sciences de l’éducation (UQAM), Cynthia Vincent, doctorante, Faculté des sciences de l’éducation (UQAM) et Marine Dumond (Université de Montréal)

La pandémie a bouleversé les habitudes d’apprentissage des enfants, en les obligeant à suivre leurs cours à la maison. De nombreuses familles y ont vu l’occasion de prendre en charge l’éducation de leurs enfants de façon définitive. Comment assurer le développement sain des enfants à qui on fait l’école à maison? La professeure Émilie Tremblay-Wragg et ses collègues accompagnent des parents qui ont voulu se lancer en éducation à domicile et documentent cette approche pédagogique.

Heure : 14 h 30
Relations de presse : Juliane Moreau, 514-707-0252
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES (UQTR)

521 – Recommandations pour favoriser la transition scolaire des enfants ayant des besoins particuliers

La transition scolaire des milieux de garde vers la maternelle est une étape cruciale parsemée de défis, et ce, particulièrement pour les enfants ayant des besoins particuliers. À cet effet, un Guide pour soutenir une première transition scolaire de qualité pour tous les enfants a été conçu conjointement par le MELS, le MFA et le MSSS en 2010. Qu’en est-il 10 ans plus tard? La présentation prendra appui sur les résultats d’une récente revue sur la transition scolaire des enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme ainsi que sur les données de l’Enquête provinciale sur l’inclusion en milieux de garde. Des recommandations sur les pratiques les plus efficaces seront formulées.

Heure : 10 h 35
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Stéphanie Girard
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119
 

 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI (UQAC)

538 – État de l’avancement des connaissances et des pratiques innovantes issues de la recherche en orthopédagogie

Marie-Pierre Baron, Département des sciences de l’éducation (UQAC)

Au Québec, la profession d’orthopédagogue jouit d’une progression dans différents secteurs publics et services privés. En Belgique, l’orthopédagogie s’actualise grâce à des programmes de formation universitaire et à la pratique dans les organismes qui offrent un service de rééducation. Cette profession s’inscrit dans une tradition qui a trait à l’évaluation-intervention auprès d’apprenants qui manifestent des difficultés ponctuelles ou persistantes sur le plan des apprentissages. Bien que depuis 2002 les orientations ministérielles québécoises ne permettent plus l’agrément de programmes de formation au baccalauréat en orthopédagogie au premier cycle universitaire, le statut d’orthopédagogue est reconnu par diverses institutions scolaires de tous les ordres. La profession se pratique dans tous les secteurs qui offrent des services éducatifs, de la petite enfance à l’âge adulte. Elle s’inscrit dans un processus de reconnaissance par différentes instances, dont l’Association des orthopédagogues du Québec (ADOQ) et la Table interuniversitaire de la formation en orthopédagogie (TIFO). Elle gagne à s’appuyer sur les connaissances issues de divers domaines de la recherche liée aux difficultés d’apprentissage, entre autres. Les difficultés d’apprentissage concernent en particulier les compétences en littératie (l’oral, la lecture, l’écriture), en mathématiques (numératie) et en appropriation de stratégies d’autorégulation impliquées dans le développement de la personne et de sa participation citoyenne. Ce colloque a pour but de mettre de l’avant les nouvelles connaissances en orthopédagogie qui permettent aux élèves qui vivent des difficultés d’apprentissage de relever les défis qu’ils rencontrent.

Heure : 9 h
Lieu : En ligne
Relations de presse : Josée Bourassa, 418-815-6771 ou 581-547-0106
 

 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI (UQAR)

26 – Un exemple de développement d’une approche innovante pour enseigner et apprendre les mathématiques par la résolution de problèmes

Dominic Voyer (UQAR)

Cette communication porte sur un exemple concret de recherche-développement de laquelle a émergé une approche d’enseignement des mathématiques par la résolution de problèmes. Le projet avait pour objectifs d’élaborer des contes mathématiques pour mettre de l’avant un enseignement par la résolution de problèmes et d’évaluer l’effet de cet enseignement sur la compréhension conceptuelle des élèves.

Heure : 14 h
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Dominic Voyer, professeur en sciences de l’éducation
Relations de presse : Michel Thisdel
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS (UQO)

620 – Comment définir et mesurer la participation sociale à l’ère du numérique?

Claude L. Normand, Département de psychoéducation et de psychologie (UQO)

La participation sociale est un indicateur de santé et de bien-être; elle est l’objectif même de la réadaptation chez les personnes qui présentent des incapacités. Dès lors, les intervenants en réadaptation, physique ou intellectuelle, auront recours à une évaluation de la participation sociale de l’utilisateur de services pour fixer des objectifs d’intervention visant à réduire les obstacles qui nuisent à sa participation. Or l’avènement du web a donné naissance à de nouvelles communautés, et un nouvel espace, virtuel, au sein duquel les citoyens agissent et interagissent; un lieu de rencontre et de participation sociale numérique. Néanmoins, aucun outil de mesure de la participation sociale actuellement disponible ne tient suffisamment compte du contexte numérique dans lequel évoluent les personnes en situation de handicap.

Heure : 9 h 50
Relations de presse : Louis Lafortune, 819-665-1345
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (UQAT)

536 – Pratiques déclarées d’enseignement-évaluation de la dimension vocale de l’oral des enseignants de français du secondaire en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec

Isabelle Rivest et Réal Bergeron (UQAT)

Cette proposition présente les résultats préliminaires d’une recherche visant à connaître les pratiques en matière d’enseignement-évaluation de la dimension vocale de l’oral des enseignants de français de premier cycle des écoles secondaires de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec. Force est de constater la quasi-absence de recherches autour de la dimension vocale de l’oral (Gaussel, 2017). La recherche s’inscrit dans le contexte où l’enseignant de français au secondaire « doit juger de la pertinence du choix des ressources verbales, paraverbales, non verbales et culturelles de l’élève en situation de prise de parole ».

Heure : 14 h 20
Lieu : En ligne
Relations de presse : Nathalie Cossette, 1-877-870-8728, poste 2628
 

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (INRS)

28 – Trajectoires professionnelles et instabilité d’emploi dans un monde du travail en mutation : La contribution des microdonnées à l’avancement des connaissances

Xavier St-Denis (INRS)

Un des thèmes les plus importants abordés par la recherche en sciences sociales au cours des 20 dernières années est la précarisation de l’emploi et la transformation des trajectoires de carrière vers un plus grand niveau d’instabilité. Cette présentation sera l’occasion d’effectuer une revue critique des nombreuses études basées sur des microdonnées d’enquête et de sources administratives de Statistique Canada ayant documenté ces transformations, ainsi que leurs conséquences sur les parcours professionnels des travailleurs.

D’abord, une discussion des différentes études empiriques publiées sur le thème de la mobilité, de l’instabilité et des transitions sur le marché du travail sera effectuée afin de mettre en lumière la contribution des microdonnées de Statistique Canada à l’évolution des connaissances dans ce domaine de recherche. Sur cette base, une série de pistes de recherche sera ensuite proposée, identifiant les besoins en matière de données, les opportunités offertes par de nouvelles sources de données couplées et administratives, et les défis à relever en matière de développement de données sur les trajectoires professionnelles et les transitions sur le marché du travail.

Heure : 9 h 35
Lieu : En ligne
Relations de presse : Audrey-Maude Vézina, 418-254-2156
 

ÉCOLE NATIONALE D’ADMINISTRATION PUBLIQUE (ENAP)

423 – L’intégration des bénéfices non financiers aux grands projets d’infrastructures : une proposition de démarches avant-gardistes pour envisager les grands défis et leurs solutions

Nathalie Drouin, Alexandra Prohet et Armance Brandenburg de KHEOPS (regroupement de recherche partenaire de l’ENAP)

Jusqu’ici, la valeur d’un projet d’infrastructure était essentiellement considérée sous l’angle des bénéfices financiers qu’il pouvait générer. Or, les recherches démontrent que la valeur des projets se doit d’être conceptualisée dans une perspective plus large. Un changement de paradigme est donc nécessaire pour repenser les habiletés et les expertises requises par les gestionnaires de projet, afin de livrer les grands projets durables d’aujourd’hui et de demain. Ce colloque propose donc de se pencher sur la problématique de l’intégration des bénéfices non financiers dans le cadre de la gouvernance et de la gestion des grands projets d’infrastructures.

Heure : 10 h
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Nathalie Drouin
Relations de presse : Annie Mathieu, 418-520-8712
 

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE (ÉTS)

467 – L’évaluation des retours sur l'investissement de BIM Le cas d’une agence d’architecture

Ivanka Iordanova et Daniel Forgues, professeurs au Département de génie de la construction (ÉTS)

Le BIM est reconnu dans la littérature comme un moyen potentiellement puissant permettant d’améliorer la performance des projets dans le secteur de la construction. L’adoption du BIM nécessite des investissements considérables et continus en matériels, logiciels, formation et changement des processus. Cependant, pour la majorité des entreprises, le choix d'investir dans le BIM est essentiellement économique. Par conséquent, l'évaluation des retours sur l’investissement ROI du BIM est nécessaire. De plus, il n'existe pas en fait de méthode standard de calculs du ROI du BIM.

Le but de cette recherche-action était de définir et valider une méthode afin de mesurer empiriquement le ROI de l’implantation du BIM dans une agence d’architecture. À partir de la littérature, des indicateurs clés de performances KPI ont été établis afin de comparer des projets réalisés avec BIM et sans BIM pour construire une analyse de rentabilité des avantages de l'utilisation du BIM. Les résultats des analyses comparatives suggèrent que l’utilisation du BIM permet de mieux contrôler les coûts des projets, de réduire la vitesse de production des plans d’exécution des projets, aide à optimiser le flux de travail et améliore la productivité des employés. Enfin, cette étude de caractère exploratoire met en œuvre une stratégie basée sur des KPI permettant à la firme d'évaluer de manière cohérente sa performance de l‘implémentation du BIM. Des pistes de recherche futures sont recommandées.

Heure : 13 h
Lieu : En ligne
Relations de presse : Olivier Audet, 514-396-8466
 

UNIVERSITÉ TÉLUQ

30 – COVID-19 et institutionnalisation de l’enseignement à distance dans les universités québécoises

Communication ayant pour titre « COVID-19 et institutionnalisation de l’enseignement à distance dans les universités québécoises ». On y expliquera pourquoi il importe de comprendre en quoi les préférences et les intérêts des universités et les circonstances auxquelles elles font face influencent l’institutionnalisation de l’enseignement à distance. Une cartographie de ces enjeux sera présentée et on y explorera quelques réponses proposées par des universités québécoises.

Heure : 9 h 40
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Patrick Pelletier, professeur, École des sciences de l’administration
Relations de presse : Denis Gilbert, 1-800-463-4728, poste 5282
 

À propos de l’Université du Québec

Depuis 50 ans, nous sommes l’Université du Québec. Un réseau collaboratif francophone, ouvert sur le monde et riche de sa diversité, qui fait grandir tout le Québec par l’accessibilité et la qualité de ses formations, par l’excellence et le rayonnement de ses recherches et par la force et la variété de ses partenariats.

Pour répondre aux défis actuels posés à nos sociétés, près de 3 000 professeurs créent, transfèrent et mobilisent des connaissances, dans tous les domaines, positionnant le réseau parmi les dix universités canadiennes ayant le plus grand volume de recherche.

Chaque année, les dix établissements accueillent le tiers des étudiants universitaires du Québec. Au total, près de 100 000 étudiants fréquentent l’un ou l’autre des 1 300 programmes offerts aux trois cycles d’études par l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et l’Université TÉLUQ.

– 30 –

 
Source :
Marie-Thérèse Brunelle
Directrice des communications par intérim
Université du Québec
Cellulaire : 418-659-6020