Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le mardi 4 mai 2021 | Réseau de l'Université du Québec

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le mardi 4 mai 2021

2021-05-03

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le mardi 4 mai 2021

Québec, le 3 mai 2021 – Les dix établissements du réseau de l’Université du Québec présenteront de multiples contributions scientifiques lors du 88e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Les professeurs et chercheurs du réseau seront très nombreux à livrer plusieurs exposés, tant lors de colloques que de communications libres.
 
Tout au cours de ce congrès, l'Université du Québec mettra quotidiennement de l’avant une communication scientifique sélectionnée pour chacun des dix établissements du réseau. Parmi les sujets du mardi 4 mai :
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL (UQAM)

402 – Regards sur les facteurs d’acceptabilité d’une technologie alimentaire sans compromis : la viande cultivée en laboratoire

Jean-David Perron, étudiant à la maîtrise (ESG UQAM)

L’industrie d'élevage du bétail est souvent montrée du doigt pour les conséquences climatiques qu’elle engendre et pour la souffrance vécue par les animaux. La viande cultivée est un produit développé en laboratoire qui prétend réduire ces effets néfastes, sans changer les habitudes alimentaires de la population. Les consommateurs adopteront-ils ce nouveau produit? S’agit-il d’une solution viable pour l’industrie alimentaire québécoise?

Heure : 15 h 15
Lieu : En ligne
Relations de presse : Juliane Moreau, 514-707-0252
  

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES (UQTR)

628 – Ensemble vers une action concertée face à l’eutrophisation du fleuve Saint-Laurent

François Guillemette (UQTR)

L’écosystème Saint-Laurent revêt d'une grande importance économique et récréative pour les communautés locales, mais fait face à de sérieuses menaces à la qualité de son eau en raison de l'augmentation de l'agriculture, de l'industrialisation et de la densité de la population. Face à cette problématique et afin de protéger l’écosystème des Grands Lacs et du Saint-Laurent, un collaboratif dirigé par les parties prenantes et acteurs du milieu a été mis en place pour développer des recommandations à l’intention de tous les gouvernements. Cet effort collectif avait également pour but de proposer des approches novatrices et d’augmenter l’investissement dédié à la protection des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Les divers constats et défis actuels en lien avec la problématique des nutriments au Québec et dans le fleuve, ainsi que les principales recommandations et voies d’action futures formulées par le collectif seront présentés.

Heure : 9 h 55
Lieu : En ligne
Personne-ressource : François Guillemette
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119
 

 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI (UQAC)

418 – Violences sexuelles et ajustement des survivant.e.s : mécanismes explicatifs et d’intervention

Jacinthe Dion, Département des sciences de la santé (UQAC)

Les violences sexuelles constituent une problématique sociale et de santé publique prioritaire. Les taux de prévalence sont alarmants et les impacts sont durables et multiples dans la vie des survivant.e.s. Les violences sexuelles affectent les personnes à différents moments de leur vie (enfance, adolescence, âge adulte) ; les répercussions peuvent se manifester différemment, et les besoins sont spécifiques. Les données empiriques sont non seulement en constante progression, mais elles ont aussi connu un retentissement social, comme en témoigne le mouvement #MoiAussi (#MeToo). Ce mouvement continue de faire des vagues au sein de la population québécoise quant à la sensibilisation aux violences sexuelles (Mercier, 2018). Par exemple, des dénonciations publiques ont permis d’alimenter un certain débat de société, une volonté de changement est observée chez les Québécois.e.s, et une augmentation de 61 % de déclarations d’agressions sexuelles a été documentée au Québec, soit une proportion supérieure à celle observée ailleurs au pays (Rech, 2019). Les études mettent en lumière un large éventail de répercussions qui se manifestent de façon différente en fonction de nombreux facteurs, qu’il est nécessaire de mieux cerner pour mettre en place de meilleures pratiques. En ce sens, il est primordial de faire le point sur l’état des connaissances actuelles en ce qui concerne les mécanismes explicatifs des effets des violences sexuelles et les facteurs pouvant infléchir les trajectoires symptomatologiques des survivant.e.s, en identifiant des facteurs de protection et les leviers d’intervention.

Ce colloque permettra de créer un lieu d’échange sur les différentes facettes de la problématique, mais aussi de définir les mesures sociales, éducatives et d’intervention les plus prometteuses pour sensibiliser les différents acteurs à cette problématique, mieux accompagner les survivant.e.s et prévenir les violences sexuelles. 

Heure : 9 h 30
Lieu : En ligne
Relations de presse : Josée Bourassa, 418-815-6771 ou 581-547-0106
 

 UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI (UQAR)

208 – Démarche d’excellence opérationnelle dans les processus de production dans un environnement de données massives

Loubna Benabbou (UQAR)

Avec la massification des données issues des processus de production, l’augmentation des capacités de calcul des ordinateurs et la performance des algorithmes issus de l’intelligence artificielle, la valorisation des données massives émerge comme un domaine révolutionnaire qui a le potentiel d’aider les entreprises à atteindre l’excellence opérationnelle et améliorer leur performance. Cette conférence va porter sur une démarche d’excellence opérationnelle axée sur les données massives afin d’améliorer la performance des processus de production.

Heure : 14 h 30
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Loubna Benabbou, professeure en sciences de la gestion
Relations de presse : Michel Thisdel
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS (UQO)

416 – Les soins à domicile suite à la réforme Barrette : le cas du CIUSSS de l’est de Montréal

Mélanie Bourque et Josée Grenier, Département de travail social (UQO)

Cette présentation vise à présenter les résultats d’une recherche effectuée conjointement avec le comité des usagers Lucille Teasdale. La recherche a pour but comprendre les effets de la réforme de la santé et des services sociaux sur les services aux personnes âgées au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’est de Montréal. Un des volets porte sur les services à domicile. Les résultats des entretiens semi-dirigés et de groupes de discussion auprès des intervenants de diverses professions, mais également d’usagers montrent que les exigences managériales ont des conséquences sur ces services à domiciles auprès des aînés. En effet, la reddition de compte, l’utilisation de nouvelles technologies et la charge de dossiers constituent une entrave au travail de soins et d’accompagnement à effectuer.

Heure : 9 h
Lieu : En ligne
Relations de presse : Louis Lafortune, 819-665-1345
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (UQAT)

638 – Exposition, publication et vente des œuvres issues d’un processus art-thérapeutique : Entre les risques et les bénéfices, des enjeux éthiques pour le client

Lise Pelletier (UQAT)

L’art et la création sont au centre d’un large spectre d’interventions partant de l’art qui fait du bien jusqu’à la psychothérapie par l’art, nuançant la place et la considération apportées à l’objet créé. Le potentiel d’exposition, de publication et de vente des productions plastiques soulève ainsi de nombreuses questions éthiques et déontologiques qui méritent qu’on s’y attarde. La conférence s’intéresse particulièrement à certains enjeux, dont l’application du choix libre et éclairé lorsque les produits sont issus d’un contexte thérapeutique, les enjeux relationnels inconscients liant le client à l’intervenant-thérapeute ainsi que les enjeux reliés à la vulnérabilité lorsqu’exposer devient s’exposer.

Heure : 9 h 10
Lieu : En ligne
Relations de presse : Nathalie Cossette, 1-877-870-8728, poste 2628
  

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (INRS)

409 – La sécurisation culturelle : manifestations et perspectives

Carole Lévesque (INRS)

Reconnue comme une référence sur les questions autochtones au Québec, la professeure Carole Lévesque abordera la démarche de sécurisation culturelle au Québec, partagée entre deux écoles de pensée. Une première, davantage instrumentale, associe la démarche à des manifestations ponctuelles d’adaptation et d’inclusion qui proposent des aménagements mineurs au sein du système de soins en place. Leur portée est individualisée et circonstancielle et met l’accent sur la rencontre qui existe (ou pourrait exister) entre un(e) intervenant(e) et la personne autochtone dont l’état requiert des soins ou un accompagnement particulier. La seconde école de pensée renvoie à une compréhension collective et institutionnelle des situations jugées discriminantes et conduit à se pencher sur les conditions structurelles qui induisent les inégalités dans le domaine de la santé comme en d’autres domaines afin que le changement soit durable.

Heure : 9 h
Lieu : En ligne
Relations de presse : Audrey-Maude Vézina, 418-254-2156
 

 ÉCOLE NATIONALE D’ADMINISTRATION PUBLIQUE (ENAP)

467 – Les méthodes de l’indice des risques de corruption et de la détection d’anomalies pour mesurer les risques de corruption dans les marchés publics à partir des données du SEAO

César Garzon (ENAP)

La recherche utilisant les données ouvertes sur les contrats publics du Système électronique d’appel d’offres du Gouvernement du Québec (SEAO) dans une démarche de gestion des risques de corruption contribuera à une gestion adéquate de ceux-ci. Ceci pourra avoir des effets positifs sur la performance des projets publics réalisés par le truchement des contrats octroyés par l’État aux entreprises pour l’approvisionnement, l’exécution des travaux de construction ou la prestation des services.

Heure : 10 h 15
Lieu : En ligne
Personne-ressource : César Garzon, professeur agrégé
Relations de presse : Annie Mathieu, 418-520-8712
  

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE (ÉTS)

24 – Les Objectifs de développement durable (ODD) comme vecteur de transformation du système éducatif québécois

Luce Beaulieu, directrice exécutive du CIRODD (ÉTS)

En 2015, les Nations Unies ont adopté l’Agenda 2030 sous forme de 17 objectifs de développement durable (ODD). Parmi ceux-ci, l’ODD 4 (Éducation de qualité), l’ODD 13 (Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques) et l’ODD 17 (Partenariats pour la réalisation des objectifs) nous mobilisent particulièrement comme communauté académique, dont la mission première est de former du personnel hautement qualifié (PHQ) qui saura, notamment, faire face aux bouleversements inévitables liés au changement climatique, la perte de biodiversité et aux aléas économiques actuels et futurs. L’année 2020 marque le début de la « décennie de l’action », qui doit être caractérisée par une accélération de toutes les initiatives, privées, publiques et académiques, liées aux ODD. Comment favoriser ces transformations rapides et profondes de la société que le GIEC nous enjoint de faire afin d’éviter les pires bouleversements et de maintenir le changement climatique sous un seuil tolérable pour maintenir la vie sur la terre? Pour y parvenir, nous avons besoin de nouvelles compétences afin de former les futur.e.s agent.e.s de changement qui soutiendront la transition socio-environnementale. Pour ce faire, nous devons transformer le système d’éducation en misant sur les compétences clés pour l’atteinte des ODD. Nous explorerons ces compétences à la lumière des besoins des générations futures qui devront subvenir à leurs besoins avec des ressources de plus en plus limitées.

Heure : 13 h 50
Lieu : En ligne
Relations de presse : Olivier Audet, 514-396-8466
 

UNIVERSITÉ TÉLUQ

314 – De « Indien » à « Autochtone » : évolution de la désignation des membres des Premières Nations et des Inuits par les groupes dominants au Québec du 19e siècle à aujourd’hui

Mireille Elchacar (TÉLUQ)

Nous nous intéresserons ici aux dénominations des peuples autochtones au Québec par les allochtones au fil du temps. Si l’appellation Indien semble aujourd’hui offensante, car inexacte, elle est toujours présente dans les textes de loi. Elle a progressivement cédé la place à Amérindien, encore en usage jusqu’à très récemment, alors qu’Autochtone tend aujourd'hui à s’imposer. Il s’agira d’une première incursion vers une analyse sociolexicologique (Laurian 2003) de ces appellations.

Heure : 11 h
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Mireille Elchacar, professeure, Département Sciences humaines, Lettres et Communication
Relations de presse : Denis Gilbert, 1-800-463-4728, poste 5282
 

À propos de l’Université du Québec

Depuis 50 ans, nous sommes l’Université du Québec. Un réseau collaboratif francophone, ouvert sur le monde et riche de sa diversité, qui fait grandir tout le Québec par l’accessibilité et la qualité de ses formations, par l’excellence et le rayonnement de ses recherches et par la force et la variété de ses partenariats.

Pour répondre aux défis actuels posés à nos sociétés, près de 3 000 professeurs créent, transfèrent et mobilisent des connaissances, dans tous les domaines, positionnant le réseau parmi les dix universités canadiennes ayant le plus grand volume de recherche.

Chaque année, les dix établissements accueillent le tiers des étudiants universitaires du Québec. Au total, près de 100 000 étudiants fréquentent l’un ou l’autre des 1 300 programmes offerts aux trois cycles d’études par l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et l’Université TÉLUQ.

– 30 –

 Source :
Marie-Thérèse Brunelle
Directrice des communications par intérim
Université du Québec
Cellulaire : 418-659-6020