Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le vendredi 7 mai 2021 | Réseau de l'Université du Québec

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le vendredi 7 mai 2021

2021-05-06

Les chercheurs des établissements de l’Université du Québec au 88e Congrès de l’Acfas – À ne pas manquer le vendredi 7 mai 2021

Québec, le 6 mai 2021 – Les dix établissements du réseau de l’Université du Québec présenteront de multiples contributions scientifiques lors du 88e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Les professeurs et chercheurs du réseau seront très nombreux à livrer plusieurs exposés, tant lors de colloques que de communications libres.
 
Tout au cours de ce congrès, l'Université du Québec mettra quotidiennement de l’avant une communication scientifique sélectionnée pour chacun des dix établissements du réseau. Parmi les sujets du vendredi 7 mai :

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL (UQAM)

466 – La COVID-19 et le secteur humanitaire, quels impacts et quelles pistes de solutions?
 
François Audet, professeur (ESG UQAM), Caroline Coulombe, professeure (ESG UQAM), Yannick Hémond, professeur, Faculté des sciences humaines (UQAM), Diane Alalouf-Hall, candidate au doctorat, Faculté des sciences humaines (UQAM)
 
La pandémie de la COVID-19 menace les populations vulnérables qui se trouvent privées des ressources du secteur humanitaire. Cette crise sanitaire s’ajoute à celles qui faisaient déjà rage dans des zones plus fragiles et exerce une pression sur les organismes humanitaires locaux. Le groupe de recherche de l’UQAM s’intéresse aux moyens d’outiller davantage les populations à risque pour qu'elles puissent mieux réagir aux situations d’urgence.

Heure : 10 h
Lieu : En ligne
Relations de presse : Juliane Moreau, 514-707-0252
  

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES (UQTR)

512 – Les forces de caractère favorisant le bien-être des enseignants novices
 
Nancy Goyette (UQTR)
 
L’insertion professionnelle est une phase de développement cruciale dans le cheminement d’un enseignant novice. Ce moment de transition apporte plusieurs défis liés à un choc de la réalité qui conduit 25 % d’entre eux vers le décrochage professionnel dans les trois premières années. Parmi les multiples facteurs menant à cette attrition, ceux liés aux aspects psycho-individuels méritent d’être explorés. Or, une prise en compte des forces de caractère s'avère pertinente à intégrer dans une formation axée sur une approche non déficitaire à l’attention de ces enseignants, pour les aider à envisager la complexité dans laquelle s’exerce la profession et leur permettre de construire une identité professionnelle positive. Cette communication permettra de comprendre l’évolution du développement identitaire des enseignants novices et établir leur profil qui tient compte du bien-être afin de favoriser leur persévérance.

Heure : 10 h
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Nancy Goyette
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI (UQAC)

542 – Littératie et situations de handicap : obstacles, défis et actions
 
Karine N. Tremblay, professeure, Département des sciences de l’éducation (UQAC)
 
Les personnes en situation de handicap, comme celles ayant une déficience intellectuelle, ont moins d’occasions de développer leurs compétences en littératie ou de bénéficier de l’accès aux pratiques sociales de littératies (langage écrit ou numérique) (Barton et Hamilton, 1998 ; Papen, 2005). En outre, plus les incapacités sont sévères, plus ces personnes risquent de vivre une situation de handicap, et plus la littératie représente un défi important tant pour la personne que pour les milieux de l’éducation, les communautés ou autres organismes qui leur offrent des services (Lemons et Fuchs, 2010).
 
La littératie, en francophonie, a connu une évolution dans sa conception lorsqu’elle s’est associée à l’approche humaniste. Le Modèle de développement humain — Processus de production du handicap (MDH-PPH ; Fougeyrollas, 1998, 2010), d’inspiration anthropologique, est issue de cette approche et offre une perspective interactive et systémique pour décrire, analyser et comprendre les facteurs qui influencent le développement de la littératie d’apprenants en situation de handicap. La littératie désigne « la capacité d’une personne, d’un milieu et d’une communauté à comprendre et à communiquer de l’information par le langage sur différents supports pour participer activement à la société dans différents contextes » (Lafontaine et coll., 2019, sans page ; Moreau et coll., 2020, p. 54). Selon cette perspective systémique, la littératie désigne les dimensions propres à la personne et celles propres aux milieux. Elle contribue à mieux comprendre les facteurs environnementaux qui perpétuent, atténuent, voire éliminent les situations de handicap en matière de littératie. Cette définition interpelle une diversité de domaines de la société. Appliquée à l’éducation auprès d’élèves en situation de handicap comme ceux ayant une déficience intellectuelle ou d’autres troubles neurodéveloppementaux, cette perspective s’inscrit dans le courant récent de l’accès à la littératie que ce soit pour développer les premières compétences à communiquer à l’oral et à l’écrit (Browder et coll., 2009) ou pour rendre accessible l’information à toute personne.
 
Le présent colloque se déploie sur deux axes : a) la littératie comme défi de développement des compétences et de réduction des situations de handicap ; et b) la littératie comme vecteur à la participation sociale et à la réduction des situations de handicap. Le premier axe sollicite la présentation de données issues de recherches qui permettent de décrire et de mieux comprendre les obstacles, défis et actions à poser pour que la personne développe ses compétences en littératie tout au long de sa vie. Le deuxième axe vise à révéler les obstacles, défis et actions à poser qui mènent à un meilleur accès à la littératie sous toutes ses formes comme l’accès à l’information et à sa compréhension dans différentes sphères de la société (p. ex. : éducation, santé, alimentation, travail, loisirs) pour la personne en situation de handicap.

Heure : 8 h 30
Lieu : En ligne
Relations de presse : Josée Bourassa, 418-815-6771 ou 581-547-0106
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI (UQAR)

435 – Regards croisés sur la pauvreté au masculin : parcours d’hommes en Chaudière-Appalaches
 
Jean-Yves Desgagnés (UQAR)
 
Quatorze hommes de la région de Chaudière-Appalaches ont accepté que soient dévoilés leurs parcours, leurs vulnérabilités, leurs souffrances, mais aussi les stratégies déployées pour se reconstruire, donner un nouveau sens à leur existence et retrouver leur humanité en dehors du rôle traditionnel de l’homme pourvoyeur ou de la camisole de force de la masculinité hégémonique. Ce projet de recherche a permis de comprendre les parcours d’hommes en situation de pauvreté vivant en contexte de ruralité.

Heure : 9 h 30
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Jean-Yves Desgagnés, professeur en travail social
Relations de presse : Michel Thisdel
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS (UQO)

458 – Paternité, immigration et soutien social en période périnatale
 
Francine De Montigny (UQO), Tamarha Pierce (UQO), Deborah da Costa (UQO), Christine Gervais (UQO), Caroline René (UQO), Sabrina Zeghiche (UQO)
 
Le Québec qui accueille environ 50 000 immigrants annuellement. L'immigration constitue un facteur de vulnérabilité connu pour la cellule familiale. Les études sur la transition à la parentalité en contexte migratoire n'ont que rarement investigué le père immigrant en tant qu'acteur de cette expérience. Une méta analyse de cinq études québécoises (2008-2014) souligne que l'immigration impose aux pères de redéfinir leurs rôles de pourvoyeur, de père, de conjoint ainsi que leur identité et leur engagement auprès de leurs enfants dans un contexte culturel différent (ex. rôles hommes-femmes différents, adaptation des pratiques éducatives et disciplinaires). Parallèlement, les pères immigrants composent avec la perte de leur réseau de soutien et l'accès difficile aux services. Notre étude longitudinale menée auprès de 320 pères, incluant 73 pères immigrants de première génération (arrivés au Canada après l’âge de 16 ans), confirme le plus faible soutien social des pères immigrants et examine les conséquences pour leur bien-être, stress et leur engagement parental. Les résultats seront complétés de données qualitatives recueillies auprès de 20 pères immigrants qui permettront d’apporter des précisions à propos du rapport à l’aide des hommes immigrants auprès du réseau forme (ex. services de santé) ainsi qu’informel en période périnatale.

Heure : 11 h 
Lieu : En ligne
Relations de presse : Louis Lafortune, 819-665-1345
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (UQAT)

458 – Paternité et immigration : Résultats préliminaires d’une recherche réalisée sur un échantillon de pères immigrants au Québec
 
Saïd Bergheul et Jessica Godin (UQAT), Jean Ramdé et Jean-Claude Nebila (ULaval)
 
L’intégration des pères immigrants ne se fait pas sans difficulté. Le processus migratoire est complexe et multidimensionnel. Le contact du système familial immigrant avec les différents systèmes de la société d’accueil déclenche une série de déséquilibres ébranlant le rôle des pères. Cette conférence présente une étude qualitative menée actuellement sur des pères immigrants qui vivent au Québec depuis moins de cinq ans. L'approche méthodologique qualitative adoptée par l’étude permet d'approfondir l’influence de l’immigration sur les fonctions et les engagements paternels à partir de la perception des pères interviewés (Mayer et Deslauriers, 2000). Cette étude est financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Heure : 13 h
Lieu : En ligne
Relations de presse : Nathalie Cossette, 1-877-870-8728, poste 2628
 

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE (ÉTS)

210 – Faire équipe avec des groupes de robots : essaims robotiques et charge cognitive
 
David St-Onge, professeur au Département de génie mécanique (ÉTS)
 
La présentation fera un survol des activités de recherche du Laboratoire d’Interaction Naturelle et Intuitive pour la Téléopération de Robots (initrobots.ca). Au centre de nos préoccupations, la conception de systèmes robotiques complexes, généralement mobiles et comptant de nombreuses unités, doit être centrée sur l’utilisateur. Une appréciation générale sera donnée de la complexité du contrôle de groupes de robots, nommément lorsque ceux-ci sont décentralisés et possèdent une intelligence de groupe. Dans ce type de systèmes multirobots, la charge cognitive de l'opérateur peut être réduite de deux manières : en donnant plus d'intelligence et d'autonomie au système robotique, et en concevant une interface de commande intuitive et naturelle pour l'opérateur. Divers projets et contributions seront présentés couvrant ces thèmes.

Heure : 14 h 40
Lieu : En ligne
Relations de presse : Olivier Audet, 514-396-8466
 

À propos de l’Université du Québec

Depuis 50 ans, nous sommes l’Université du Québec. Un réseau collaboratif francophone, ouvert sur le monde et riche de sa diversité, qui fait grandir tout le Québec par l’accessibilité et la qualité de ses formations, par l’excellence et le rayonnement de ses recherches et par la force et la variété de ses partenariats.

Pour répondre aux défis actuels posés à nos sociétés, près de 3 000 professeurs créent, transfèrent et mobilisent des connaissances, dans tous les domaines, positionnant le réseau parmi les dix universités canadiennes ayant le plus grand volume de recherche.

Chaque année, les dix établissements accueillent le tiers des étudiants universitaires du Québec. Au total, près de 100 000 étudiants fréquentent l’un ou l’autre des 1 300 programmes offerts aux trois cycles d’études par l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et l’Université TÉLUQ.

– 30 –

Source :
Marie-Thérèse Brunelle
Directrice des communications par intérim
Université du Québec
Cellulaire : 418-659-6020