Les chercheurs du réseau au 88e congrès de l'Acfas – À ne pas manquer le jeudi 6 mai 2021 | Réseau de l'Université du Québec

Les chercheurs du réseau au 88e congrès de l'Acfas – À ne pas manquer le jeudi 6 mai 2021

2021-05-05

Les chercheurs du réseau au 88e congrès de l'Acfas – À ne pas manquer le jeudi 6 mai 2021

Québec, le 5 mai 2021 – Les dix établissements du réseau de l’Université du Québec présenteront de multiples contributions scientifiques lors du 88e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Les professeurs et chercheurs du réseau seront très nombreux à livrer plusieurs exposés, tant lors de colloques que de communications libres.

Tout au cours de ce congrès, l'Université du Québec mettra quotidiennement de l’avant une communication scientifique sélectionnée pour chacun des dix établissements du réseau. Parmi les sujets du jeudi 6 mai :

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL (UQAM)

642 – Concevoir et fabriquer avec l’existant : une approche d’actualisation de lots d’objets en fin de vie par le design en vue de leur réintroduction dans un nouveau cycle d’usage

Maurice Cloutier, professeur, Faculté des arts (UQAM)

Comment contrer l’incessante production de biens qui alimente la surconsommation? En remaniant des objets désuets grâce au design pour leur donner une seconde vie, qui les réinsère dans un nouveau cycle d’usage. C’est ce qui est arrivé avec un lot de luminaires des années 70, transformés, aujourd’hui, en lampes modernes. Le chercheur Maurice Cloutier explique qu’en permettant la revalorisation des biens en fin de vie, le design s’avère une solution durable. 

Heure : 9 h 05
Lieu : En ligne
Relations de presse : Juliane Moreau, 514-707-0252
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES (UQTR)

410 – L’inclusion des aînés vivant avec une problématique de santé mentale : quelle en est l’expérience de ces personnes?

Ginette Aubin (UQTR), Hélène Carbonneau (UQTR) et Sylvie Miaux (UQTR)

Au Québec, le plan d’action en santé mentale mise sur le rétablissement de la personne, la reprise de pouvoir sur sa vie et sa participation active à la société selon ses désirs. L’inclusion en est un des fondements. Toutefois, on en sait peu sur l’expérience de l’inclusion des aînés vivant avec un problème de santé mentale (PSM). Cette communication présente les résultats d’une étude portant sur la perception d’aînés vivant avec un PSM des espaces inclusifs et des facilitateurs et obstacles à leur inclusion dans la communauté. Il s’avère qu’un fort sentiment d’appartenance se rapporte aux organismes en santé mentale fréquentés. Le dévoilement de la maladie, l’auto-stigmatisation et la précarité financière font partie des obstacles. Les organismes en santé mentale incarnent une réponse aux besoins d’appartenance et de reconnaissance de ces aînés, permettant de soutenir leur sentiment d’inclusion.

Heure : 10 h 35
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Hélène Carbonneau et Sylvie Miaux
Relations de presse : Jean-François Hinse, 819-244-4119
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI (UQAC)

502 – Favoriser la participation des équipes éducatives au sein des établissements scolaires : partage et analyse des pratiques de l’agir « mobiliser et faire participer »

Catherine Larouche, professeure, Département des sciences de l’éducation (UQAC)

Ce symposium a pour objet l’agir des cadres des organisations scolaires pour mobiliser et faire participer les personnels, et vise à :

  • enrichir et articuler la connaissance des praticiens et des chercheurs sur les facteurs psychosociaux interpersonnels et organisationnels de cet agir;
  • valider la pertinence d’un modèle d’analyse et d’action;
  • renforcer des réseaux praticiens et chercheurs dans un espace de partage de pratiques.

Dans une perspective participative et d’intelligence collective, tous les participants au symposium participent activement (participants-chercheurs et participants-acteurs) au cours d’exposés de pratiques effectives et d’exposés de données de recherche. Les places sont limitées. Si vous souhaitez vous y joindre en cours de journée, nous vous invitons à communiquer préalablement avec les organisateurs. Tous les participants s’engagent à respecter les personnes ainsi que les informations et à participer activement à l’analyse collective. Le symposium se clôture par la production d’une modélisation de facteurs socio-organisationnels et affectifs de l’agir « mobiliser des équipes à participer ».

La gestion participative est recommandée comme modèle de gouvernance des organisations en contexte de changement, en l’occurrence pour favoriser l’amélioration continue des pratiques dans une perspective d’apprentissage organisationnel (Huot et coll., 2019 ; Lalancette, 2014). Cet agir — mobiliser, faire participer — mérite toute notre attention, car il relève d’exigences particulières, dont celles de s’établir sur une base volontaire (Fourdignier, 2010), d’avoir établi des relations de confiance (Letor, 2021), de se construire dans des liens informels (Corriveau et coll., 2010), à la fois sur les plans psychosocial et affectif (Poirel, Drouin, D’Arrisso et Beaupré-Lavallée, soumis), interpersonnel et organisationnel. Si les stratégies des directions ont été répertoriées (Larouche, Savard, Beauchesne et Jean, 2021), si un ensemble de facteurs ont été ciblés, il serait judicieux de les articuler en un modèle théorique et d’en valider la pertinence en collaboration avec des praticiens-chercheurs.

Heure : 8 h 30
Lieu : En ligne
Relations de presse : Josée Bourassa, 418-815-6771 ou 581-547-0106
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI (UQAR)

631 – Influence des variables météorologiques sur le développement des instabilités sur les parois de roche sédimentaire du Nord de la Gaspésie

Tom Birien (UQAR), Francis Gauthier (UQAR) et Chloé Chouinard (UQAR)

Depuis 1987, plus de 17 500 chutes de pierres atteignant les routes 132 et 198 ont été répertoriées dans le nord de la Gaspésie par le ministère des Transports du Québec. Afin d’instaurer une gestion préventive de l’aléa, les parois rocheuses problématiques ont été équipées de stations micrométéorologiques, d’extensomètres et de sondes de température dans des puits de forage horizontaux. Cette instrumentation, combinée à des relevés LiDAR, permet de mieux comprendre la mécanique qui conduit aux chutes de pierres et de mettre en évidence l’influence des variables météorologiques sur le développement et sur le déclenchement des instabilités rocheuses.

Heure : 14 h 20
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Francis Gauthier, professeur en géographie
Relations de presse : Jean-François Bouchard
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN OUTAOUAIS (UQO)

611 – Insécurité et changement des pratiques de consommation de drogues : le « livre de bord individuel » un outil en réduction des méfaits des surdoses en clinique communautaire

Monique Benoit, Département de travail social, et Jean Robert (UQO et Groupe de recherche en infectiologie, sexualité et santé communautaire (RISSC+)

Au Québec, les données de surdoses liées aux drogues sont présentées par les services hospitaliers d’urgence, centres antipoison et rapports des coroners après décès. Ni base de données ni registre public ne sont disponibles à propos des surdoses non mortelles, ni à propos des effets indésirables, inattendus ou autrement nocifs rapportés par les utilisateurs.trices. Ceux-ci subissent les impacts de ces drogues, hors des services puisque le système traditionnel n’offre pas d’accompagnement. Or, pour l’intervention préventive, la connaissance en continu des multiples substances consommées et disponibles devient un outil d’information propre à la réduction des méfaits. Afin de pallier ce manque d’informations, les chercheurs ont utilisé une approche communautaire, anonyme, et volontaire et ont recueilli de précieux renseignements dans les « livres de bord » individuels des intervenants en clinique communautaire.

Heure : 10 h 20
Lieu : En ligne
Relations de presse : Louis Lafortune, 819-665-1345
 

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (UQAT)

205 – Association synergique de fibres bois/chanvre : effet sur les propriétés des composites conçus pour des applications légères

Karima Ben Hamou et Fouad Erchiqui (UQAT), Hamid Kaddami (Université Cadi Ayyad, Maroc) et Elisabete Frollini (University of São Paulo)

Ces dernières années, les composites renforcés par les fibres lignocellulosiques (comme le chanvre, le lin et le jute) ont été utilisés avec succès pour des applications légères, en particulier dans les secteurs de l'automobile et de la construction. Cependant, des barrières importantes pour les applications structurelles de ces composites existent encore. Cette conférence présente les résultats d’une recherche dont l'objectif principal est d'étudier les possibilités d'optimiser et d'adapter les propriétés et les performances des composites renforcés par des fibres de chanvre et la farine de bois en construisant une configuration de type hybride.

Heure : 9 h 25
Lieu : En ligne
Relations de presse : Nathalie Cossette, 1-877-870-8728, poste 2628
 

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (INRS)

214 – Les électrotechnologies dans le traitement à la source des eaux résiduaires et polluants réfractaires

Patrick Drogui (INRS)

Depuis le 20e siècle, une industrialisation intense s’est développée dans divers secteurs d’activités : industries chimiques, pharmaceutiques, cosmétiques, pétrolières, etc. Cela entraîne l’apparition de contaminants réfractaires dans l’environnement. Les technologies actuelles de dépollution des eaux ne sont pas toujours adaptées pour traiter ce type de contaminants biorécalcitrants. Le professeur Patrick Drogui propose une autre approche intégrée de décontamination à la source des polluants (avant leur rejet dans l’environnement) par des procédés électro-catalytiques. Ces technologies vertes utilisent des sources d’énergie et d’activation non polluantes et renouvelables. Des travaux prometteurs de décontamination électrolytique des eaux usées réelles d’hôpitaux ont été récemment réalisés par son équipe de recherche, pour une douzaine de polluants pharmaceutiques.

Heure : 9 h 05
Lieu : En ligne
Relations de presse : Audrey-Maude Vézina, 418-254-2156
 

ÉCOLE NATIONALE D’ADMINISTRATION PUBLIQUE (ENAP)

451 – « One is never doing enough ». Nouvelle gestion publique et détérioration des conditions du travail professoral dans les universités anglaises

Louis Demers (ENAP)

Plusieurs études et sondages menés dans les universités anglaises ont fait état d’une dégradation générale des conditions de travail, d’une culture de travail toxique et de l’accroissement consécutif de problèmes de santé mentale. Cette présentation vise à nourrir la réflexion des participants du colloque sur les effets que pourraient avoir un recours accru à des mesures inspirées de la nouvelle gestion publique (NGP) sur les conditions de travail et la liberté universitaire dans les universités québécoises.

Heure : 8 h 45
Lieu : En ligne
Personne-ressource: Louis Demers
Relations de presse : Annie Mathieu, 418-520-8712
 

ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE (ÉTS)

656 – De la santé LEAN à la santé LEAN 4.0

Hany Moustapha, professeur au Département de génie mécanique (ÉTS) et Tasseda Boukherroub, professeure au Département de génie des systèmes (ÉTS)

L’usage des technologies émergentes continue de provoquer des changements radicaux qui exigent des innovations de rupture dans de nombreux secteurs qui doivent prendre la voie de la transformation numérique. C’est dans ce contexte que la quatrième révolution industrielle, baptisée « industrie 4.0 » a pris forme. La transformation numérique des organisations dans le secteur manufacturier est connue donc par industrie 4.0, qui se caractérise par le virage numérique, l’intégration de systèmes cyberphysiques, la gestion en temps réel des opérations, la robotisation des opérations, le partage et la sécurité des données massives, l’analytique des données, l’Internet des objets et l’intelligence artificielle. La transformation numérique est ainsi à la base de la possibilité de l’innovation et de la productivité dans les organisations qui sont appelées à personnaliser les produits et services, à adapter et à coordonner en temps réel les opérations en fonction des besoins des clients et des organisations. L’industrie 4.0 transforme peu à peu, mais en profondeur, la main-d’œuvre de demain. La capacité des machines à réaliser des tâches de manière efficace et avantageuse n’est plus limitée aux tâches répétitives ou dangereuses, ou à celles qui exigent de la force physique. Les robots et les machines intelligentes pénètrent de plus en plus les professions basées sur des tâches intellectuelles.

Compte tenu de ces capacités, le développement des compétences est un grand défi pour l’industrie manufacturière au Québec. Au cours de ce colloque, nous présentons les enjeux soulevés par les différents acteurs qui soutiennent l’innovation et la productivité des organisations. Nous invitons également des chercheurs du domaine à un partage d’expériences et à une reconnaissance de lacunes ciblées pour des collaborations futures entre les milieux de la recherche et des affaires.

Heure : 13 h 40
Lieu : En ligne
Relations de presse : Olivier Audet, 514-396-8466
 

UNIVERSITÉ TÉLUQ

504 – Apprendre à distance l’évaluation des apprentissages en milieu scolaire : le cas de l’Université TÉLUQ

Marie-Hélène Hébert (TÉLUQ)

Depuis l’automne 2017, un cours d’évaluation des apprentissages est offert à l’Université TÉLUQ dont l’objectif vise à faire acquérir, par les futurs enseignants, les connaissances et les compétences nécessaires à l’évaluation des apprentissages des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire en milieu scolaire québécois. Le but de la présente communication est double : faire connaitre la manière innovante de concevoir les cours à l’Université TÉLUQ, du design du cours à sa diffusion, et montrer l’exemple d’un livrable où l’enseignement de l’évaluation des apprentissages en milieu scolaire est au menu.

Heure : 10 h 55
Lieu : En ligne
Personne-ressource : Marie-Hélène Hébert, professeure, Département Éducation
Relations de presse : Denis Gilbert, 1-800-463-4728, poste 5282
 

À propos de l'Université du Québec

Depuis 50 ans, nous sommes l’Université du Québec. Un réseau collaboratif francophone, ouvert sur le monde et riche de sa diversité, qui fait grandir tout le Québec par l’accessibilité et la qualité de ses formations, par l’excellence et le rayonnement de ses recherches et par la force et la variété de ses partenariats.

Pour répondre aux défis actuels posés à nos sociétés, près de 3 000 professeurs créent, transfèrent et mobilisent des connaissances, dans tous les domaines, positionnant le réseau parmi les dix universités canadiennes ayant le plus grand volume de recherche.

Chaque année, les dix établissements accueillent le tiers des étudiants universitaires du Québec. Au total, près de 100 000 étudiants fréquentent l’un ou l’autre des 1 300 programmes offerts aux trois cycles d’études par l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’Institut national de la recherche scientifique, l’École nationale d’administration publique, l’École de technologie supérieure et l’Université TÉLUQ.

– 30 –

Source :
Marie-Thérèse Brunelle
Directrice des communications par intérim
Université du Québec
Cellulaire : 418-659-6020