Lauréats de l'année | Réseau de l'Université du Québec

Lauréats de l'année

Prix d'excellence 2022

Équipe des maîtres d'enseignement en mathématique – Prix d’excellence en enseignement, volet Réalisation

L’équipe des maîtres d’enseignement en mathématiques de l’École de technologie supérieure a insufflé un véritable changement de paradigme quant à l’approche traditionnelle de l’enseignement des mathématiques en structurant les apprentissages et en créant du matériel et des activités pédagogiques adaptés à la formation pratique grâce à des calculateurs symboliques. Plus spécifiquement, l’intégration du calcul symbolique dans l’enseignement permet de centrer l’apprentissage sur les concepts scientifiques et d’ingénierie, en plus d’aborder des notions mathématiques dans des contextes concrets. La résolution de problèmes devient dynamique et interactive, ce qui a des effets positifs sur la persévérance et l’engagement des étudiantes et étudiants pour la réussite de leurs cours. En effet, le calcul symbolique permet d’approfondir les applications pratiques de leurs connaissances mathématiques. Grâce à la collaboration et l’appui de leurs collègues du Service des enseignements généraux, l’équipe des maîtres contribue à la valorisation de l’excellence en enseignement dans le domaine de la didactique des mathématiques et du calcul symbolique. Les membres de l’équipe sont : Michel Beaudin, Anouk Bergeron-Brlek, Gilles Picard, Kathleen Pineau, Louis-Xavier Proulx et Geneviève Savard.

Pierre Pariseau-Legault – Prix d’excellence en enseignement, volet Leadership (ex aequo)

Professeur agrégé au Département des sciences infirmières de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), au Campus de Saint-Jérôme, Pierre Pariseau-Legault est reconnu pour son expertise unique en soins infirmiers médico-légaux et en santé mentale, notamment en offrant une pratique pédagogique novatrice, qui réussit à combler l’écart théorie-pratique chez les étudiants et étudiantes en sciences infirmières. Il contribue significativement à la mise en place de plusieurs initiatives structurantes comme la création de l’Unité de recherche et d’enseignement en éthique clinique. Liée à la Chaire de recherche internationale en bioéthique de l’Université d’Haïfa, elle est la première et la seule unité francophone au Canada. Son leadership se manifeste également par son engagement dans la création d’un doctorat réseau en sciences infirmières. D’importants travaux ont aussi été entrepris, à son initiative, afin de réviser le programme de maitrise en sciences infirmières (concentration santé mentale) et de renforcer les habiletés d’intervention des infirmières œuvrant dans ce domaine de pratique dans le but de favoriser un meilleur accès aux services de santé mentale. Le professeur Pariseau-Legault se démarque par son leadership exceptionnel en enseignement des sciences de la santé, par la grande générosité de son accompagnement personnalisé et par la qualité remarquable de son travail de développeur. 

Nancy Julien – Prix d’excellence en enseignement, volet Leadership (ex aequo)

Professeure à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) depuis 2002, Nancy Julien contribue activement à la reconnaissance et à la démystification du phénomène de la douleur, afin d’optimiser la prise en charge des personnes atteintes de douleur chronique et de diminuer leur stigmatisation. Au fil des ans, elle s’est impliquée dans diverses sphères des tâches professorales, en enseignement et en encadrement d’étudiantes et d’étudiants des cycles supérieurs. Ayant à cœur la formation de la relève en santé, elle s’est activement impliquée dans le développement de cours et dans la gestion académique en sciences de la santé. Au-delà de la volonté d’offrir le meilleur enseignement possible à ses étudiantes et étudiants, la professeure Julien contribue également à certaines actions visant l’ensemble de la communauté universitaire, notamment en mettant sur pied des retraites d’écriture scientifique. Bien qu’initialement destinées à la communauté étudiante, ces retraites ont aussi trouvé écho auprès du corps enseignant de l’université. La réussite de ces projets porteurs en enseignement supérieur découle de la capacité de la professeure Julien à bien identifier les besoins et les pistes de solutions, ainsi qu’à sa capacité à communiquer et à rassembler. Son leadership est connu et reconnu.

Jean-François Gagnon – Prix d’excellence en recherche-création, volet Réalisation

Arrivé au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en 2010 et professeur titulaire depuis 2019, Jean-François Gagnon est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le déclin cognitif dans le vieillissement pathologique depuis 2015. Jusqu’à maintenant, peu de chercheurs sur les maladies neurodégénératives s’étaient intéressés aux troubles du sommeil. Pourtant, comme le démontrent ses travaux, le trouble comportemental en sommeil paradoxal (TCSP), une pathologie du sommeil, est le facteur de risque le plus important pour le développement de la maladie de Parkinson et de la démence à corps de Lewy. Les travaux réalisés par son équipe ont mené à la publication d’une série de cinq articles publiés entre 2017 et 2021. Pris dans leur ensemble, ces articles constituent une avancée majeure dans l’étude des mal et professeur titulaire depuis 2019adies neurodégénératives puisqu’ils permettent de mieux caractériser les symptômes moteurs et cognitifs du TCSP et identifient chez cette population deux nouveaux marqueurs du développement de la démence à corps de Lewy : une performance déficitaire à des tests cognitifs et une signature cérébrale à l’examen de neuroimagerie anatomique. Cette percée aux multiples retombées représente un réel espoir pour la recherche sur les maladies neurodégénératives ainsi que pour les individus souffrant d’un TCSP et leur entourage.

David Paquin – Prix d’excellence en recherche-création, volet Leadership

David Paquin, professeur titulaire à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), assure un leadership fort et indéniable dans ce domaine de recherche-création appliqué au fort potentiel de développement et d’innovation. Son apport majeur et reconnu à la création de l’Unité d’enseignement et de recherche (UER) en création et nouveaux médias ainsi qu’à la mise sur pied de nombreux programmes de formation au sein de cette UER a permis le déploiement de l’ensemble des activités au sein d’un département reconnu aujourd’hui comme l’un des pôles de la formation universitaire dans ce domaine au Québec, ainsi qu’à l’échelle nationale et internationale. Soulignons également sa contribution à la création d’un laboratoire de réalité virtuelle et de capture de mouvements, lequel est à la fine pointe de la technologie et unique au Québec. En insufflant son dynamisme par sa vision prospective, stratégique et décloisonnée, le professeur Paquin démontre l’excellence en matière d’encadrement et de formation en illustrant un taux de placement supérieur à 95 % de ses étudiants à la maîtrise, contribuant grandement au développement du tissu créatif et industriel de l’économie numérique québécoise. Sa contribution à la conception de la solution thérapeutique en réalité virtuelle DREAM, qui vise à réduire la douleur ressentie par les enfants lors de procédures médicales. Ce projet a un réel impact au sein des plus importants hôpitaux pédiatriques au Québec.

Myriam Ertz – Prix d’excellence de la relève

Myriam Ertz, professeure à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) depuis 2016, s’intéresse au développement durable, à la transition numérique, au croisement entre durabilité et technologie, au marketing responsable et à l’économie collaborative. Son parcours de formation témoigne de sa versatilité et de sa capacité d’adaptation et elle a acquis une solide expérience d’enseignement et de recherche avant même de devenir professeure, et ce, tout en complétant un doctorat. L’UQAC lui a accordé le statut de professeure agrégée en 2021 notamment en raison de sa productivité scientifique. Elle possède également une forte capacité de conceptualisation pour connecter de manière synergique des courants de recherche apparemment disparates en un ensemble cohérent et éclairant. Sa conceptualisation unique de l'économie collaborative et de la façon dont le consommateur s'y intègre a été largement reconnue et utilisée dans la littérature comme l’une des théorisations les plus précises de l'économie collaborative. Sa définition de la consommation collaborative est notamment l'une des plus citées dans la littérature. Elle est, par ailleurs, pionnière dans le domaine en examinant la confluence synergique entre durabilité et technologie. Son intérêt pour le développement de la recherche l’a aussi mené à fonder le Laboratoire de recherche sur les Nouvelles Formes de Consommation (LaboNFC) en 2017. Cette unité de recherche dynamique fait collaborer trois autres professeurs réguliers de l’UQAC ainsi que six membres associés provenant du Canada et de l’étranger, contribuant ainsi au dynamisme et au rayonnement de son établissement d’attache.

Réjean Tremblay – Prix d’excellence du partenariat (ex aequo)

Depuis qu’il a rejoint l’Institut des sciences de la mer de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) en 2003, le professeur Réjean Tremblay mène des travaux sur l’écophysiologie des mollusques et sur les principales espèces d’aquaculture cultivées au Canada. Ses recherches d’envergure internationale permettent de mieux comprendre les effets des changements climatiques sur les écosystèmes marins et sur les activités liées à l’aquaculture. Les travaux de recherche réalisés en partenariat avec le ministère des Pêches et Océans Canada (MPO) et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) ont eu des retombées qui vont bien au-delà du monde de la recherche. En effet, grâce à une nouvelle approche qu’il a développé avec son équipe, soit l’enrichissement isotopique des microalgues, ce partenariat s’est étendu aux milieux industriel et international et a permis de créer des alliances durables tant avec les gestionnaires que le personnel scientifique de ces organisations afin de mettre en commun un réseau d’expertises pour répondre à ces questions scientifiques. En ouvrant de nouvelles voies de recherche hautement originales en écologie benthique, le professeur Tremblay confirme que la recherche fondamentale, essentielle aux découvertes scientifiques, est parfaitement compatible avec la recherche partenariale et la promotion de l’innovation.

Jean-Marc Fontan – Prix d’excellence du partenariat (ex aequo)

Professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) depuis 1995, où il obtint sa titularisation en 2003, Jean-Marc Fontan est l’un des chercheurs les plus novateurs, prolifiques et marquants dans le domaine de l’innovation sociale, du développement communautaire et de l’économie sociale. Du développement de nouveaux modèles théoriques et de nouvelles pratiques de recherche-action à la mobilisation des connaissances, en passant par la structuration de grands réseaux de recherche et d’intervention, la contribution du professeur Fontan aux domaines des droits de la personne, de la dignité humaine et de la justice sociale est indéniable. Plus spécifiquement, les travaux menés dans le cadre du partenariat « Évaluation du rôle et des actions de fondations subventionnaires canadiennes en réponse à l'enjeu des inégalités sociales et des défis environnementaux » visent à éclairer le rôle de la philanthropie en tant qu’élément important des transformations sociales et environnementales en cours. L’incidence de ce partenariat est perceptible sur le plan des connaissances développées, de leur importance dans les processus décisionnels et de la mise en relation d’acteurs qui n’avait pas l’habitude de travailler ensemble. Ainsi, par son travail, le professeur Fontan a su créer un climat de confiance permettant de jeter les bases d’un espace réellement partenarial entre des acteurs universitaires et des acteurs du secteur philanthropique.

Philippe-Edwin Bélanger – Prix d’excellence en gestion, volet Carrière

Dès son arrivée à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) en 2012, Philippe-Edwin Bélanger s’attèle à placer la communauté étudiante au cœur des priorités de l’établissement; la qualité et la diversité des services offerts à la communauté étudiante ont connu sous son impulsion une croissance inégalée. L’ensemble de ses actions ne vise qu’une chose : favoriser toujours davantage la réussite étudiante. Grâce à sa rigueur, sa ténacité et son souci du détail, mais aussi grâce à son écoute, à son humanité et son esprit de collégialité, il a su travailler de concert avec l’administration générale, le corps professoral et les associations étudiantes pour l’avancement de dossiers centraux pour l’INRS. Soulignons, notamment, la refonte complète du règlement des études, l’élaboration d’une déclaration des droits et responsabilités des étudiantes et des étudiants, ainsi que la mise en place d’ateliers sur le développement des compétences professionnelles pour compléter et bonifier la formation en recherche. Son travail de coordination sur le dossier du recrutement étudiant s’est aussi traduit par une hausse de plus de 30 % de sa communauté étudiante en moins de 10 ans, venant confirmer la place que peut jouer l’INRS dans l’offre de formation québécoise. La transparence, le respect mutuel et la communication sont également des valeurs centrales à son travail de gestionnaire. Toujours soucieux d’impliquer, dès le départ, toutes les parties prenantes, il sait mettre en lumière le talent respectif de tout un chacun.

Georges-Martin Caron et son équipe – Prix d’excellence en gestion, volet Innovation

Sous la direction de Georges-Martin Caron, l’équipe de coordination de gestion institutionnelle de projets (GIP) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a élaboré une vision intégrée afin de mener à terme les projets les plus complexes en donnant aux secteurs impliqués une vue d’ensemble et la capacité de prévoir. Grâce à cette démarche de gestion institutionnelle de projets, les fonds sont maintenant répartis sur la base de la qualité des projets soumis, de leur faisabilité et de leur impact pédagogique ou académique, et ce, au plus grand bénéfice des communautés étudiante et enseignante. L’équipe est parvenue à impliquer toutes les parties prenantes, que celles-ci proviennent des secteurs administratifs, académiques ou pédagogiques, dans l’objectif de doter l’UQTR d’un modèle qui soit adapté à sa structure, ses objectifs et ses ambitions sectorielles ou institutionnelles. Non seulement, la GIP a-t-elle optimisé les dépenses et amélioré les processus ou l’utilisation des équipes et des ressources, elle a également créé une alliance transversale entre secteurs administratif, académique et départemental. Cette innovation organisationnelle a recentré et mis en commun les efforts de l’établissement autour de leur mission centrale : la formation, la production de connaissances et leur diffusion.